weltwärts
rassemble

« Vivir es adaptarse » – Vivre, c'est s'adapter

Lynne est photographiée de face. Elle a de longs cheveux blonds, porte un haut coloré et sourit à la caméra.

Lynne

Lieu d'intervention : Lima, Pérou

Organisme : Welthaus Bielefeld

Lynne Beal a effectué un service volontaire au Pérou de 2019 à 2020 via l'organisme « Welthaus Bielefeld ». Elle a travaillé dans une école à Lima et encadré des activités de loisir. Jusqu'à ce que la pandémie de coronavirus ne vienne mettre brusquement un terme à son service volontaire.

Lima, une ville agitée

Les premières semaines sont passées en un rien de temps. J'ai découvert le projet et mes tâches, et j'ai rencontré beaucoup de nouvelles personnes qui allaient m'accompagner dans mon parcours de volontaire. Lima m'a paru une ville très agitée. C'était bruyant et animé, beaucoup de circulation à travers laquelle filaient les motos-taxis équipés de haut-parleurs intégrés. À toute heure du jour et de la nuit, des gens vendaient leurs marchandises, dont ils faisaient la publicité à grand bruit. Au début, la communication était encore un peu difficile. Mais avec le temps, j'ai commencé à apprendre de plus en plus et à mieux me faire comprendre. J'ai apprécié mon travail et la proximité de la mer.

On aperçoit une rue. On voit une voiture au loin. À gauche sur le bord se trouve un moto-taxi. À droite, on distingue des poteaux électriques et des maisons.
Une rue de Lima

Vie dans la famille d'accueil

Je logeais chez une famille d'accueil à Villa El Salvador, un quartier de Lima. Ils m'ont accueilli comme si j'étais leur nouvelle fille. Ma famille d'accueil m'a soutenu avec beaucoup de gentillesse et s'est intéressée à moi en tant que personne. La vie familiale était ponctuée de discussions sur des questions sociales et politiques. Comme le père de ma famille d'accueil est politiquement actif, j'ai pu obtenir des informations sur des événements politiques complexes en discutant avec lui, ce qui m'a beaucoup aidée. Mais j'ai aussi souvent pu plaisanter avec les jeunes sœurs de ma famille d'accueil.

Lynne et sa famille d'accueil font un selfie. En arrière-plan, on aperçoit une rue et une maison rose. Devant, on reconnaît le père, les deux sœurs et, derrière, Lynne elle-même et la mère de la famille d'accueil de Lynne.
Lynne est très chaleureusement accueillie par sa famille d'accueil (Ramiro Garcia, Lynne Beal, Ariana Garcia Santibañez, Kathi Santibañez, Micaela Garcia Santibañez)

La créativité et la spontanéité sont les clés du bonheur

J'ai travaillé avec deux autres volontaires à l'école Fe y Alegría n° 17 (Foi et joie).  L'école est orientée sur la pratique, on y enseigne le travail du bois, de l'électricité, du métal et de la couture. En outre, la transmission de valeurs telles que la solidarité, la conscience environnementale et l'égalité des droits joue un rôle important. Ma tâche consistait à organiser les groupes de travail dans le domaine des loisirs : Anglais, allemand, débats, théâtre, chorale, jardin scolaire.

La photo montre un bâtiment en briques avec de hauts murs. Les murs sont peints et portent le nom de l'école, « Fe y Alegría ». Devant l'école, on distingue de petits arbres et un moto-taxi.
Lynne a effectué son service volontaire dans cette école

Ce que j'ai préféré, c'est travailler dans l'atelier de jardinage de l'école. Cela m'a permis d'avoir accès à la nature. C'est plutôt difficile sinon, car Lima est une grande ville sans beaucoup d'espaces verts. J'ai mis en œuvre un projet d'upcycling de bouteilles en plastique. Cela m'a beaucoup appris, car j'ai découvert ce que c'est que de travailler avec des ressources limitées et de devoir trouver des solutions avec ce que j'avais.

Entre deux murs de briques colorées se trouvent des plates-bandes bordées de briques et plantées de verdure.
Dans ce jardin de l'école, Lynne a proposé son atelier de jardinage

Les moments forts ont été la représentation de Noël du groupe de théâtre, la récolte commune dans le jardin de l'école et le concert de la chorale.

La photo de groupe montre 8 élèves dans leurs costumes. Lynne et les autres volontaires posent en arrière-plan.
La pièce de Noël présentée par les élèves du groupe de théâtre était « Le Grinch »

Au cours de mon séjour à Lima, je suis devenue de plus en plus spontanée et j'ai essayé beaucoup de nouvelles choses. J'ai dansé la valse péruvienne, j'ai été intégrée dans la paroisse, ce qui m'a permis d'entrer en contact avec plusieurs familles, j'ai cuisiné et fait de la pâtisserie en m'inspirant de la diversité des produits des marchés et des talents culinaires de la mère de ma famille d'accueil.

La mère, la sœur de la famille d'accueil de Lynne et elle-même sont assises devant une table richement garnie de différents mets et boissons.
Lynne apprend à cuisiner de nombreux nouveaux plats dans sa famille d'accueil

J'ai beaucoup apprécié la nature au Pérou et, lorsque j'ai planifié mes premières excursions, je ne pouvais pas imaginer que huit heures de voyage pour un week-end, c'était tout à fait normal. J'ai commencé à faire du surf et je me suis rendue compte au fur et à mesure du problème des déchets plastiques. Souvent, des déchets d'emballage se retrouvaient sur la planche. En discutant de ce sujet avec ma famille d'accueil, il est apparu que l'on parlait désormais davantage du problème des déchets, dans les écoles par exemple. En fonction des quartiers, des poubelles publiques sont mises en place.

Lynne surfe sur une vague
Lynne remarque régulièrement que la mer est polluée en faisant du surf

La fin de tous les projets

Puis est venue la pandémie de coronavirus. En Allemagne, le nombre d'infections au COVID-19 ne cessait de croître. Ma famille était très inquiète de savoir comment la situation allait évoluer au Pérou et souhaitait que je rentre immédiatement à la maison. Au début, je ne l'ai même pas envisagé. Mais après l'instauration du couvre-feu également au Pérou, il était clair que mon retour allait être imminent.

Je n'ai pas pu dire au revoir à tout le monde correctement, ce qui a été un poids supplémentaire. Par conséquent, je n'ai pas pu véritablement terminer ce séjour au Pérou et une préparation au retour en Allemagne n'a pas non plus été possible

De retour (?) en Allemagne

Parfois, j'ai l'impression d'avoir seulement rêvé de mon séjour au Pérou. Pour surmonter cette période, j'ai eu des contacts réguliers avec ma famille d'accueil sur internet. Pendant les mois de volontariat qui me restaient, j'ai essayé de poursuivre mon atelier d'allemand, mais cela n'a pas très bien fonctionné en distanciel. Avec la sœur de ma famille d'accueil par contre, les cours d'allemand réguliers ont bien fonctionné. Je me suis également engagée dans le travail des volontaires à leur retour de l'organisme « Welthaus Bielefeld » et j'ai soutenu le travail de relations publiques.

Le travail que nous effectuons en tant que volontaires ne se termine pas lorsque nous rentrons du pays d'envoi. Au contraire, il ne fait que commencer. Ainsi, je travaille à un projet d'anciens volontaires, « Kulturbuch », qui rassemble des œuvres artistiques de pays d'intervention et donne également aux volontaires un espace pour leur propre créativité.

Un grand merci au service volontaire

Je vis maintenant le temps de manière beaucoup plus consciente et je perçois les événements de manière plus globale. Je suis désormais plus sûre de moi, plus apte à travailler en équipe et plus autonome. Ce faisant, il est important pour moi de ne pas négliger les besoins et les souhaits des autres.

Le service volontaire m'a permis de constater combien l'éducation était importante. C'est pourquoi j'ai décidé d'étudier la philosophie et l'économie. Je souhaite comprendre les structures économiques et utiliser ces connaissances pour rendre les structures mondiales plus durables.  C'est ainsi que je souhaite participer à la mise en place d'une coopération au développement sur un pied d'égalité, qui considère ses acteurs comme des apprenants tout au long de leur vie.

J'ai compris que je ne dois pas changer le monde, c'est le monde lui-même qui doit se transformer. Je ne suis qu'une partie de ce monde, et ce que je peux créer de plus précieux, ce sont des points de contact, des élans qui motivent les gens à penser différemment et finalement à créer de nouveaux points de contact avec une nouvelle attitude. Et je suis très reconnaissante des possibilités que le programme weltwärts m'a offertes.