Internetpräsenz weltwärts

"Le monde ne s'arrête pas en Argentine"

Irena d'Argentine

Les expériences d'Irena en Allemagne avec weltwärts

Irena Balbuena vient d'Argentine et a participé à la composante Sud-Nord du service volontaire weltwärts. À son poste de volontaire de l'église protestante de Westphalie dans la paroisse d'Hassel-Lukas à Gelsenkirchen, elle a travaillé avec des personnes de différentes tranches d'âge. L'apprentissage mutuel était ici prioritaire. Dans cet interview, elle nous parle de son service volontaire.

Quelles activités prends-tu en charge dans ton organisme d’accueil?

Mon centre d'intervention est la paroisse d'Hassel-Lukas à Gelsenkirchen. J'ai travaillé là-bas une fois par semaine dans un jardin d'enfants, deux fois par semaine dans le centre de quartier, et également deux fois par semaine au centre de rencontre pour personnes âgées. Dans le centre de quartier, j'ai surtout travaillé avec des enfants et des jeunes et proposé des ateliers, notamment des ateliers de cuisine ou des activités de peinture et de travaux manuels. Dans le centre de rencontre pour personnes âgées, j'ai p. ex. contribué à organiser les activités de danse sénior.

Peux-tu nous expliquer ce qui t'a incité à effectuer ton service volontaire en Allemagne?

De Buenos Aires à Gelsenkirchen: Irena relate son service volontaire en Allemagne.

En argentine, je travaillais dans un centro comunitario (centre communautaire) dans une banlieue de Buenos Aires. Des volontaires allemands dont j'ai fait la connaissance travaillent également dans ce centre, et c'est ainsi que j'ai entendu parler de weltwärts et de la composante Sud-Nord.

Je voulais surtout me familiariser à une autre culture et à une autre langue et me développer sur le plan personnel.

Cet espoir s'est-il réalisé?

Oui, j'aurais certes voulu pouvoir apprendre mieux l'allemand, mais cette année m'a beaucoup plu. L'Allemagne est un pays très intéressant.

De quelle façon ton organisme partenaire t'a-t-il préparée au service volontaire?

Le processus de sélection s'est déroulé en trois tours. Une fois que j'ai été choisie, nous avons eu un séminaire de préparation d'une semaine au cours duquel nous avons été préparés au séjour dans notre pays d'accueil. Chaque volontaire a reçu un thème qu'il ou elle devait préparer. J'ai ensuite fait un exposé sur la cuisine allemande et les fêtes allemandes. D'autres ont parlé de questions économiques p. ex. L'objectif était de se préparer le mieux possible à ce qui nous attendait en Allemagne.

Qu'as-tu appris durant cette année en Allemagne? Que retiendras-tu de cette expérience une fois rentrée chez toi en Argentine?

C'est difficile à dire en une seule phrase. Je crois que je n'aurais jamais pu faire les expériences de l'année dernière sans mon service volontaire. Je connais en Argentine des gens qui pensent qu'en Allemagne, tout fonctionne toujours et que tout est parfait, que l'on ne commet jamais d'erreur. Mais j'estime que nous sommes tous pareil : en Allemagne comme en Argentine, il y a des choses qui fonctionnent bien, mais également beaucoup d'autres qui ne marchent pas aussi bien. C'est ce que je retiendrai, ainsi bien sûr que les nombreuses amitiés que j’ai nouées ici.

As-tu appris quelque chose de spécial que tu pourras réutiliser en Argentine pour ton travail avec des enfants?

J'ai appris dans les ateliers de peinture des techniques que je pourrai aussi utiliser à la maison dans mon travail. Mais j'ai surtout appris que le monde ne s'arrêtait pas en Argentine mais qu'il y avait beaucoup d'autres choses. C'est l'élément le plus important que je peux ramener aux enfants et leur expliquer. Les enfants du quartier dans lequel je travaille pensent souvent qu'il est normal de ne pas avoir plus de possibilités dans la vie. Ils se résignent à ne pas pouvoir aller à l'école, alors que tous les enfants devraient bénéficier des mêmes possibilités. Mais les enfants doivent d'abord en faire l'expérience. Ils doivent savoir qu'ils ont des droits, notamment à l'éducation p. ex., et que quelqu'un s'occupe d'eux.

Qu'as-tu pu apprendre à tes collègues ici en Allemagne?

J'ai par exemple fait de la peinture murale (murales) avec les enfants. C'est très populaire en Argentine, et pas du tout connu ici.

Te souviens-tu de défis particuliers auxquels tu as dû faire face en Allemagne?

La langue ! Si j'avais mieux parlé l'allemand avant, tout aurait été beaucoup plus simple au début. Pour vous donner un exemple, alors que j'étais ici depuis deux semaines, je me suis perdue. Personne n'a pu m'aider parce que je ne pouvais pas demander mon chemin et que tout le monde passait à côté de moi à toute vitesse. C'était idiot ! Mais je ne veux pas non plus dire que l'on ne peut pas sortir quand on ne parle pas la langue. En tout cas, il aurait été préférable de commencer à apprendre l'allemand en Argentine. Cela permet de s'habituer plus rapidement. C'est ce que je conseillerais aux futurs volontaires.

As-tu d'autres conseils à donner aux volontaires qui souhaitent accomplir prochainement un service weltwärts en Allemagne?

Il est très important de se faire des amis avec les gens de son entourage. C'est la meilleure façon de découvrir la culture. Lorsque l'on passe tout son temps avec d'autres volontaires de son pays, on apprend trop peu de choses sur l'Allemagne.

Pour terminer : quel souvenir garderas-tu de cette expérience?

J'ai rencontré ici des gens tellement chaleureux, qui étaient toujours attentionnés, qui se sont occupés de moi et m'ont intégrée dès le premier jour. Les gens de la paroisse m'ont tout expliqué : le quartier dans lequel se trouve le centre d'intervention, l'histoire de l'Allemagne, les évolutions actuelles dans le pays. Ils m'ont par exemple aussi invitée à manger. En vivant avec eux, j'ai beaucoup appris sur la culture allemande.